Films

Film de Peter Wohlleben (2017)

Production : Jupiter Films

80 min

Un forestier en Allemagne a observé que les arbres de sa région communiquent les uns avec les autres en s'occupant avec amour de leurs progénitures, leurs anciens ou malades (arbres) voisins. Peter Wohlleben a écrit le bestseller La vie secrète des arbres qui a émerveillé les amoureux de la nature. Des recherches à l'université de "British Columbia" au Canada confirme les affirmations de Peter Wohlleben. Ce documentaire montre le travail minutieux et passionnant des scientifiques, nécessaire à la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Ce savoir change notre regard sur le vivant, les arbres et les forêts.

 

Film de Tanguy Stoecklé et Marie Amiguet (2018)

Coproduit par France Télévision, Les Films du Tambour de Soie, Noctilio Productions et le Groupe Chiroptères Corse

Producteur : Stéphane Quinson

Distribution : Les Films du Tambour de Soie

52 min

Il existe, au cœur des montagnes corses, une petite chauve-souris qui porterait la signature génétique d’une espèce unique au monde. C’est ce qu’espèrent prouver Delphine Rist et Grégory Beuneux, deux scientifiques d’un genre peu commun qui lancent un avis de recherche. Leur travail au quotidien nous permet de découvrir la diversité des espèces de chauves-souris vivant sur l’île et les environnements naturels qui en font sa beauté.

 

Medved le mangeur de miel

Film de Jonathan Mas et Camille Okroglic (2015)

Production : WD Film

48 min

En France, l'ours obtient la médaille d'espèce en danger d'extinction, sa réintroduction fait pourtant polémique. En Slovénie, l'animal est trente fois plus présent et garde toute sa grandeur. Une apparence de nounours avec une redoutable puissance, un instinct maternel protecteur et pourtant si craintif, mangeur d'Homme ou mangeur de miel, que lui vaut sa notoriété et comment est-il perçu par ceux qui l'entourent ? L'ours slovène est un emblème, un patrimoine, une culture. L'ours français est un prédateur, une victime, un sujet sensible. Éleveurs, chercheurs et artistes nous montrent la voie dans un pays où nature et traditions sont encore très liées.

 

 

La fabuleuse histoire du Gypaète

Film d'Anne et Erik Lapied  (2018)

Production : Lapied Films

52 min

Avec son faciès de carnaval, son œil diabolique et son envergure de géant, le Gypaète barbu, avait tout pour rentrer dans la légende. Ce vautour casseur d'os, exterminé dans les Alpes au début du vingtième siècle, survole à nouveau nos montagnes. Mais son retour ne tient pas du hasard.

Deux biologistes, l’un français, l’autre suisse, nous content les mœurs et la fabuleuse histoire de ce rapace hors du commun. Le Gypaète fédère le plus vaste programme de protection et de conservation d’un oiseau en Europe. Mais dans l’équilibre fragile de la nature rien n'est jamais gagné. Quelles menaces pèsent encore sur ce vautour ? Un défi humain au cœur du monde animal qui montre que, quand il le veut, l’homme est capable de changer les choses.

Film de Nicolas Goudeau-Monvois et Frédéric Labie (2018)

Coproduction : FIFO Distributions, France 3 Nouvelle-Aquitaine

52 min

Ce documentaire retrace l'histoire du vison d'Europe, de son apparition à nos jours. Quelles menaces subit-il, comment l'Homme s'implique-t-il ?

Souvent confondu avec son cousin d'Amérique, le vison d'Europe peuplait auparavant les zones humides de la région. Traqué pour sa fourrure, il est aujourd'hui menacé d'extinction. Depuis vingt ans, l’État cherche à réintroduire ce petit mammifère dans son milieu naturel. Pourquoi tant d'efforts pour sauver cet animal ? De l'élevage Zoodyssée dans le Marais Poitevin aux forêts estoniennes, le film questionne la responsabilité bivalente de l'Homme dans la disparition puis la préservation des espèces, mais aussi, les intérêts des uns et des autres à sauver ou condamner le vivant.

Film de Marie Daniel et Fabien Mazzocco (2018)

Production : Cistude Nature et Mauvaises Graines

39 min

Est-ce parce qu'ils rampent ? Ou bien qu'ils sont parfois venimeux ? Ou est-ce notre héritage culturel qui fait des serpents des créatures terrifiantes ?
Dur de savoir, mais le constat est clair, nous sommes nombreux à en avoir peur, et certains sont même phobiques. A travers l'enquête des réalisateurs, le film interroge sur le ton de l'humour la question de cette peur et tente de démonter les idées reçues, si nombreuses au sujet de ces êtres malaimés. Serions-nous de "grands malades" à qui une cure de désintoxication est plus que nécessaire ? Peut-être !
Entre fiction, micro-trottoir et film naturaliste, ce documentaire permettra aux plus réticents de se familiariser en toute sécurité avec ces bêtes si particulières et aujourd'hui réellement menacées.

Distinctions

 

Ours, simplement sauvage

Film de Laurent Joffrion et Vincent Munier (2019)

Production : france.tv studio (Caroline Broussaud) en coproduction avec Kobalann (Vincent Munier)

Musique originale : Johan Guidou. Montage : Laurent Joffrion @FollowFocus. Audio naturaliste : Marc Namblard.

52 min

Ce film propose une immersion dans les décors vertigineux de la Cordillère Cantabrique, au Nord de l’Espagne. Il offre une expérience naturaliste inédite à la rencontre de l’ours des falaises. Dans le sillage de cette figure animale, emblématique et récurrente, nous découvrons des milieux naturels aux vibrations primitives, où faune et flore sont les témoins d’une nature préservée. Sur les pentes de ce massif vivent aussi le Loup gris, la Loutre d’Europe, le Vautour fauve ou la Mésange noire. Tous contribuent à restituer cette impression d’écrin originel dans lequel l’Homme a aussi sa place. Le propos du film repose sur les discours croisés de quatre personnages, français et espagnols, ayant une vision intime du monde sauvage. Il nous questionne sur notre rapport à la nature et d’une possible harmonie.

 

Film de Robert Luquès et Pascal Sarragot (2019)

Diffusion : France 3 Aquitaine et Ushuaïa TV

Coproduction: France 3 Aquitaine

52 min

Tout au long de son existence, la rivière est en perpétuel mouvement. Vive dès sa naissance en montagne, elle devient mère nourricière apaisée en plaine. Toujours spectaculaire et capricieuse au rythme des saisons, la rivière est avant tout...source de vies. La faune sauvage qu'elle abrite et nourrit est d'une exceptionnelle richesse : le desman des Pyrénées, la loutre, le saumon et le vison d'Europe n'en sont que les plus emblématiques représentants. La faune y foisonne à tous les étages et la flore s'y répand généreusement. Au printemps, c'est une explosion de couleurs qui tapisse les prairies humides.

Qui n'a jamais flâné le long d'un cours d'eau pour s'y ressourcer et apprécier le passage furtif du martin pêcheur ? De nature généreuse, la rivière engendre contemplation et émerveillement. Pourtant, les rivières de France sont aujourd'hui en très mauvais état. Le constat est affligeant : il resterait moins de 1% de rivières françaises que l’on peut encore considérer comme « sauvages ». Jour après jour, nous perdons ce patrimoine naturel irremplaçable.

Cependant, « La rivière » est un film qui se veut foncièrement positif et optimiste afin de sensibiliser par l'émerveillement : à l'image, sera présenté ce qu'il y a de plus beau et de plus spectaculaire qu'un tel milieu vivant puisse nous offrir. En fait, il s'agit de dessiner la rivière idyllique tel que le personnage du film la rêve.

Voix off : « j'ai connu ma rivière souriante et ô combien séduisante. C'est ici que j'ai rencontré la loutre pour la première fois. Du haut de mes 10 ans, je la voyais sirène qui ondulait dans le courant. Depuis ce jour, j'ai passé ma vie à parcourir les rivières de France avec un rêve un peu fou...que toutes les rivières ne forment qu'une seule et même rivière. Il s'agit de la rivière de mes rêves ».

Au cours de ses balades naturalistes, notre personnage rencontre d'autres passionnés de rivière qui lui confient ce qu'est la rivière de leurs rêves. Tout au long du film, l'homme est notre guide. Il nous permet de passer de rivière en rivière et de saison en saison. Ce personnage est filmé de manière très ponctuelle. La priorité est donnée à la beauté des images et aux ambiances sonores naturelles. La narration sera donc principalement en voix off et en pointillé. Les témoignages, très poétiques, chargés d'émotions et de souvenirs d'enfance, seront également en voix off.

Tourné au format 4k (4 fois plus de définition que le Full HD) et utilisant les moyens techniques des plus innovants tel que le drone, « La rivière » a pour ambition de révéler un des plus grands spectacles de la nature.

 

Tous les films sont diffusés dans le cinéma de Cauterets (Casino)

Casino de Cauterets